Neuf

COP05 LES AFFRANCHIS


« Le crime organisé n’existe pas! » J.Edgard.Hoover – 1962.Los Angeles est comme un phare, dont les rayons attireraient les plus nauséabonds des insectes. L’argent, le pouvoir, la gloire et la puissance y attendent ceux qui sauront saisir leur chance. La brutalité, le calcul et la violence seront les armes ...

  • prix public
  • 25.00€
Paiement sécurisé
Satisfait ou remboursé
Frais de port
Expédiée sous 24h
Caractéristiques
Fabricant :ORIFLAM
Etat : NEUF
Année de parution : 2012
Langue : FRANCAIS
Description

« Le crime organisé n’existe pas! » J.Edgard.Hoover – 1962.
Los Angeles est comme un phare, dont les rayons attireraient les plus nauséabonds des insectes. L’argent, le pouvoir, la gloire et la puissance y attendent ceux qui sauront saisir leur chance. La brutalité, le calcul et la violence seront les armes de ceux qui veulent se faire une place au soleil et faire prospérer leur empire. Dans une telle ville, il était normal que fleurissent et prospèrent les plus puissantes et les plus dynamiques organisations criminelles. Les voici…

Honorables sociétés
Mafias, yakuzas, Triades, Mafias russes, Cartels Sud-Américains, chacun est arrivé à LA avec, dans son petit baluchon, de solides méthodes pour gagner de l’argent. Installées depuis plusieurs décades, ou arrivées depuis peu, toutes ces organisations criminelles sont maintenant solidement implantées à LA. Chacune dispose de son territoire, de ses champs d’action, de ses alliés, de ses ennemis et toutes sont éminemment structurées. Elles brassent des millions de dollars, influencent les gouvernements et les centres de pouvoir, pratiquent activement le lobbying, font et défont les politiques et n’hésitent pas à supprimer tous ceux qui se mettent en travers de leur route.
La plupart des organisations qui se réclament du crime organisé disposent de codes de conduite très fouillés, (qui s’appellent parfois code d’honneur) que leurs membres se doivent impérativement de connaître et de respecter s’ils veulent survivre et avancer dans la hiérarchie. Certaines ont des effectifs exclusivement liés à des groupes culturels ou ethniques, d’autres s’en contrefichent, préférant s’attacher les compétences des meilleurs. Quelques-unes font références à de solides traditions, écloses dans quelques campagnes siciliennes ou d’humides échoppes de Shanghai, tandis que d’autres ne tiennent pas compte de leur histoire et de leur origine culturelle.

Toutes sont férocement traquées par la police, qui, malheureusement, n’a bien souvent que de faibles moyens comparés à l’énorme puissance déployée par le crime organisé. Des armées d’avocats protégent les Italiens ou les Colombiens, une solide loi du silence garde les yakuzas de témoignages compromettants, la terreur musèle tous ceux qui voudraient du mal aux mafias russes…

E pericoloso sporgersi
Les affranchis est un supplément de même ampleur que les deux premiers à avoir paru pour COPS (176 pages), et, il recèle une foultitude d’informations sur toutes les organisations criminelles qui gangrènent LA, et contre lesquelles vont valeureusement lutter les cops.
C’est un menu riche, gastronomique, et parfois exotique qui vous attend. Une petite touche de minestrone avec la mafia italienne et ses multiples variantes, quelques sushis et nems, avec les yakuzas Japonais et les triades Chinoises. Arrosons le tout d’une bonne goulée de vodka russe avec les multiples et sanguinaires mafias russes, épiçons avec un peu de curry et visitons l’empire du crime organisé venu du Sous-Continent Indien, avant de déguster un bon café de Colombie avec les Cartels Sud-américains. Et pour ceux qui auraient encore une petite soif, on pourra déguster un fameux whiskey Irlandais et parcourant les pages consacrées à la mafia irlandaise.
Chaque organisation est présentée en détail, avec ses connections, ses méthodes, ses champs d’action et sa situation géographique. Bien sûrs, ces organisations sont loin de former un bloc uni, et certaines sont constituées de myriades de variantes et de structures aux choix parfois antagonistes. Il faut donc se protéger des flics, se défendre contre les intrusions « d’étrangers » et parfois se garder de ses propres frères… Et s’il est un domaine dans lequel la police hésite à mettre ses grosses pattes poilues, c’est bien celui des règlements de différents entre les structures adverses d’une même organisation.

Pour chaque mafia, vous trouverez une présentation des activités principales et secondaires et des projets en cours de réalisation. Vous découvrirez des PNJ hauts en couleur, du big boss, dirigeant une armée de « soldats » au simple sans-grade, orfèvre de la ponceuse et chargé des basses œuvres. Certaines de ces organisations demandent le respect d’un code d’honneur strict, ou bien n’admettent leurs membres qu’après avoir prononcé un serment, qui sont détaillés dans le supplément, et qui seront parfois bien utiles aux flics dans leur lutte contre le crime organisé.

Le bonus, le bonus, le bonus!

La tradition a été lancée dans lignes blanches, vous retrouverez dans ce supplément trois scénarios, dont les thèmes sont liés à celui de l’extension, l’un est signé Benoît Attinost et les deux autres ont été écrits par Jeff. Les dernières pages du supplément sont consacrées à l’évolution du monde de COPS, avec une revue de presse nationale et internationale (on entre dans la dernière ligne droite de la campagne pour les élections municipales à LA), et une plongée dans la vie du commissariat, cette fois à travers le prisme d’une machine à café (vous verrez, c’est fun, instructif et original!).

Avis
Il n'y a aucune critique pour ce produit.